©JJ D’Angelo

SNCF, l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Railenium, Actia Telecom, le CNES et Thales ont franchi la première étape du projet Train Autonome : la circulation d’un train téléconduit, également appelé train « drone ».

Nouvelle étape pour le projet Train Autonome : la première circulation d’un train conduit à distance sur 4 km entre Villeneuve-Saint-Georges (94) et Juvisy (91)

Après 18 mois de recherches et d’essais, SNCF et ses partenaires ont réalisé la première circulation d’un train conduit à distance. Un premier site de conduite à distance expérimental a été conçu à Vigneux-sur-Seine (91) pour la réalisation de ces tests, effectués sous le contrôle de conducteurs d’essais.

L’objectif de cette expérimentation était de démontrer la faisabilité technique de la téléconduite sur rail.

« Le projet Train Autonome a franchi une autre étape importante« 

Interview (SNCF) de Luc Laroche, directeur du projet Train Autonome chez SNCF

©SNCF

Pourquoi la téléconduite est-elle une étape clé ?

La téléconduite, c’est de la conduite à distance, à partir du sol. Réussir cette étape nous permet de progresser sur plusieurs points techniques : d’abord le système de visualisation placé à l’avant du train, ensuite les moyens de télécommunication entre le train et le sol et enfin la commande du train à partir de signaux numérisés. Mais c’est aussi une étape très importante car la téléconduite servira à reprendre la main à partir du sol sur un train complètement autonome, dans certaines situations particulières.

La téléconduite, c’est aussi en soi un mode de conduite dont l’usage semble prometteur : pour les dessertes terminales de Fret, c’est-à-dire les derniers kilomètres pour acheminer un train chez un client, et pour les parcours techniques entre nos centres de maintenance ou de garage des trains et les gares.

Nous commençons à définir un nouveau métier, celui de téléconducteur, comme nous le ferons avec le nouveau métier de superviseur et d’autres métiers qui émergeront au fur et à mesure de l’avancée du projet Train Autonome.

Quelles sont les prochaines échéances du projet train autonome ?

Le projet Train Autonome a franchi une autre étape importante. Nous avons réussi à automatiser la lecture de la signalisation latérale : le système automatique sait reconnaître les feux de signalisation que le train rencontre le long de voies.

Au cours des prochains mois, nous allons avancer dans l’automatisation de la détection des obstacles.

Nous allons réaliser d’ici 4 ans 2 prototypes de trains autonomes, l’un pour le Fret et l’autre pour les voyageurs. Le projet de train de Fret va commencer ses essais à l’automne en faisant rouler une locomotive avec des premières fonctions d’automatisation. Le projet de train autonome de voyageurs travaille en outre sur la relation aux clients dans un contexte d’automatisation. Ces deux projets ont lancé de gros travaux couvrant de nombreuses technologies : cartographie du réseau, utilisation de capteurs de pointe, détection de l’environnement, l’autodiagnostic du train, la géolocalisation, intelligence de décision…

Et bien sûr, nous allons continuer à enrichir notre expérience de téléconduite au cours des prochains mois pour en améliorer l’efficacité et préparer son déploiement.

 


Pour plus d’informations : www.sncf.com

Abonnez-vous à nos newsletters !