Les manifestations se sont déroulées samedi à Paris dans un contexte de rare violence. Les installations et matériels de chantier (échafaudage, barrières et palissades, outils et engins…) ont été pris pour cible puis utilisés contre les forces de l’ordre.

La Fédération Française du Bâtiment Grand Paris dénonce ces exactions contre des biens privés qui viennent perturber massivement l’organisation des chantiers et mettre en difficulté des entreprises de toutes tailles au sein d’un tissu économique déjà fragilisé par l’alourdissement de la fiscalité qui pèse sur les entreprises du Bâtiment : augmentation du prix du gasoil, perte de parts de marché liée à l’adoption d’un CITE dégradé, à l’instauration de l’IFI et de la réforme du prélèvement à la source ; sans compter le projet de suppression de l’exonération de la TICPE sur le gasoil non routier dans le cadre du PLF 2019 qui impactera les coûts de production de 2%.

La FFB Grand Paris déplore ces nouvelles charges imposées à la Profession pour laquelle un début de reprise s’amorçait.

Elle demande l’adoption d’un moratoire sur la fiscalité afin de consolider une situation économique prometteuse pour le Bâtiment avec notamment la création de plusieurs milliers d’emplois dans le cadre des travaux de la construction du Grand Paris et des Jeux olympiques et paralympiques 2024.


Pour plus d’informations :   www.lebatimentgrandparis.fr

Abonnez-vous à nos newsletters !