© Getty Images

La Région et Île-de-France Mobilités vont investir 100 M€ pour faire de l’Île-de-France la vitrine des mobilités de demain. Une première enveloppe de 5,5 M€ a été votée ce 17 octobre pour réaliser des aménagements sur des autoroutes et grands axes franciliens et permettre l’expérimentation de véhicules autonomes.

Favoriser le développement des véhicules autonomes, c’est-à-dire sans conducteur : c’est l’objectif du « plan » annoncé par Valérie Pécresse, la présidente de la Région et d’Île-de-France Mobilités (IDFM), l’autorité organisatrice des transports en Île-de-France, en mai 2018 lors du colloque sur la stratégie nationale de développement des véhicules autonomes.

Pour devenir la 1ère région mondiale du véhicule autonome, la Région et Île-de-France Mobilités vont ainsi investir 100 M€ pour aider la filière et transformer les infrastructures afin de multiplier les expérimentations.

« Nous sommes à la veille d’une profonde révolution des transports et notre ambition est de faire de l’Île-de-France la première région mondiale du véhicule autonome. La Région est sur tous les fronts pour imaginer des solutions innovantes et pragmatiques en partenariat avec l’État, les collectivités, les constructeurs et plus largement tous les acteurs privés de la filière », selon Valérie Pécresse.

L’objectif de ce plan ambitieux est triple :

  • Lutter contre la pollution de l’air,
  • Améliorer la qualité de vie en proposant une nouvelle offre de transport,
  • Booster l’économie francilienne où la filière automobile emploie déjà 50.000 personnes.

Selon une étude récente du cabinet de conseil A.T. Kearney, le marché des véhicules autonomes pourrait représenter 47 Mds€ dès 2020 et 515 Mds€ à l’horizon 2035. Avec la présence des sièges des grands constructeurs et des équipementiers sur son territoire, l’Île-de-France dispose de tous les atouts pour réussir la transition vers les véhicules de demain : véhicule autonome individuel, flotte de véhicules autonomes ou taxi-robots, navettes autonomes de type minibus.

Quelles expérimentations ?

Les 100 M€ serviront principalement à financer la mise en place de voies dédiées, équipées de systèmes informatiques, sur les autoroutes franciliennes – en partenariat avec l’État, qui en est propriétaire – et sur certaines routes gérées par les Départements, pour permettre la circulation de flottes de 20 à 40 véhicules autonomes. Les axes concernés sont :

  • L’A1 entre Paris et Roissy,
  • L’A6 entre Paris et Orly,
  • L’A4 pour la desserte de Marne-la-Vallée,
  • L’A13 jusqu’à Saint-Quentin-en-Yvelines,
  • L’A86 entre l’A1 et La Défense
  • L’A12
  • La RN12

Cette première subvention régionale de 5,5 M€ va permettre une mise en conformité de ces axes et ainsi faciliter les expérimentations :

  • Mise à niveau des chaussées et de la signalisation
  • Déploiement de connectivité (unités bord de route, unités embarquées dans les véhicules du gestionnaire routier, systèmes centraux) pour faciliter le traitement des situations critiques identifiées.

Quel calendrier ?

Les travaux vont commencer dès cette année pour des expérimentations in situ en 2019. Ces aménagements vont de pair avec des systèmes de verbalisation automatisés permettant de sanctionner les véhicules ne transportant qu’un seul passager circulant sur ces voies réservées. La signalisation devra être reprise pour que le véhicule puisse échanger des données avec la route.

À noter que des expérimentations de transport par navettes autonomes ont déjà été ménees par IDFM à La Défense (92) et à Vincennes (94). Elles ont été largement plébiscitées par les voyageurs avec un taux de satisfaction de 97%.

Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 offriront une vitrine pour montrer le savoir-faire français en la matière.

Photo© Getty Images : 


Source : www.iledefrance.fr

Abonnez-vous à nos newsletters !