Les Régions Grand Est, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, SNCF et Alstom s’unissent pour concevoir le premier train TER Hybride, encore plus économe en énergie.

Afin de s’inscrire dans la nécessaire transition énergétique, de réduire les émissions de gaz à effet de serre et le bruit, au bénéfice des voyageurs du quotidien et de l’environnement, SNCF et Alstom, en partenariat avec les Régions Grand Est, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, vont mener une expérimentation commune sur une première rame Régiolis Alstom1. Dès 2020, le premier Régiolis Hybride circulera en phase d’essais avec pour objectif la réduction de 20 % de sa consommation énergétique.

SNCF s’est associé avec Alstom pour le développement et la réalisation du premier TER Hybride. Les Régions Grand Est, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, SNCF et Alstom investissent 16,6 millions d’euros pour cette expérimentation, les Régions assurant également la prise en charge des coûts de mise à disposition d’une rame Régiolis du parc Occitanie pour la rendre hybride. Elle devrait entrer en service commercial courant 2021 pour valider en conditions réelles les fonctionnalités et les performances de la solution. Le déploiement en série est envisagé à partir de 2022.

Alstom s’est fixé un objectif de réduction de 20 % de la consommation d’énergie de ses produits. Aussi, le Régiolis Hybride est une étape importante dans l’atteinte de cet objectif. Le site de Reichshoffen, centre d’excellence Alstom pour les trains régionaux, va concevoir et produire cette nouvelle génération de train Régiolis en collaboration avec deux autres sites Alstom en France : Tarbes pour la chaîne de traction et Villeurbanne pour l’informatique embarquée.

« Aucune autre solution ne permet à court terme sur le matériel en exploitation de tels gains : une réduction de 20 % de l’énergie consommée et de l’émission des gaz à effet de serre », souligne Frank Lacroix, Directeur général TER. S’y ajoutera l’optimisation des coûts de maintenance de la propulsion, grâce au remplacement de deux moteurs diesel par des batteries sur le train.

Le TER Hybride pourra en effet combiner de façon optimale plusieurs sources d’énergie en fonction des situations : alimentation électrique par caténaire, moteurs thermiques et énergie stockée dans les batteries.

« Avoir très vite un premier train hybride était un challenge ambitieux voulu par tous les partenaires. Cela deviendra une réalité dès 2020 et c’est une étape qui marquera notre chemin vers le verdissement du parc ferroviaire » précise Pierre Izard, Directeur général délégué Système et Technologies Ferroviaires SNCF.

« Alstom est particulièrement fier de contribuer avec SNCF et les Régions Grand Est, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie à une mobilité plus propre et plus durable. Nous considérons que l’hybridation du parc thermique est une solution réaliste tant techniquement qu’économiquement pour réduire les émissions et les coûts d’utilisation » déclare Jean-Baptiste Eyméoud, Président Alstom France.

« L’hybridation du Régiolis représente un enjeu important pour la Région Grand Est compte tenu de la flotte dont elle dispose (59 rames dont 6 en construction). La participation de la Région Grand Est s’inscrit dans la continuité des efforts importants consentis pour que le réseau de transport ferroviaire régional de voyageurs puisse disposer d’une offre de service performante, économe en énergie et à faible empreinte carbone. Cet équipement représente une première étape d’un futur matériel roulant régional «zéro émission», notamment au travers du développement de la maîtrise de l’hydrogène, dont il pourra être l’un des éléments constitutifs », souligne Jean Rottner, Président de la Région Grand Est.

 « Dans la Région Nouvelle-Aquitaine, seuls 40 % des 3 250km de lignes TER sont aujourd’hui électrifiées, avec une caténaire « Midi » dont la moyenne d’âge dépasse aisément les 80 ans. Le développement de matériels roulants aux modes de tractions alternatifs constitue non seulement une étape essentielle vers un train zéro émission, mais ouvre également de nouvelles perspectives d’exploitation optimisée des petites lignes ferroviaires, et en conséquence d’aménagement équilibré de notre territoire », souligne Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine.

« Pour atteindre notre objectif, celui de devenir la première région d’Europe à énergie positive à horizon 2050, et pour offrir à court terme aux usagers les meilleures conditions de transports, nous investissons fortement afin de moderniser et renouveler notre parc de TER. Parce qu’elle permettrait de réaliser des économies d’énergie réelles, cette technologie est une formidable opportunité pour le développement des transports en Occitanie. Avec notre plan régional dédié aux pôles d’échange multimodaux, via le programme HyPort pour le développement des véhicules à hydrogène, ou encore au travers de cette expérimentation, nous sommes à la manoeuvre pour imaginer aujourd’hui les modes de déplacements qui feront les transports de demain. Je souhaite que la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée devienne le terrain privilégié d’expérimentation de trains à hydrogène », souligne Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

« La desserte ferroviaire des territoires ruraux est un enjeu d’aménagement du territoire mais également de développement économique. C’est pourquoi la Région Centre-Val de Loire s’engage fortement pour le maintien d’une infrastructure de proximité rénovée et apte à accueillir les matériels roulant de demain. L’expérimentation sur l’hybridation de matériels thermiques neufs est donc particulièrement importante pour l’avenir. Quelles que soient les évolutions des modes de transport individuels et collectifs, la recherche du zéro émission restera l’enjeu principal et les territoires ruraux, qui sont aujourd’hui le plus souvent ceux desservis par les lignes non-électrifiées, sont aussi au cœur de cette préoccupation. Cette première expérimentation est porteuse de nombreux espoirs pour la mobilité collective du futur. » François Bonneau, Président de la Région Centre-Val de Loire.

Le principe d’hybridation du Régiolis bimode consiste à remplacer la moitié des moteurs diesel d’une rame par des batteries lithium-ion de grande capacité. Celles-ci sont capables de récupérer l’énergie de freinage du train – une énergie actuellement essentiellement dissipée sous forme de chaleur – de la stocker puis de la réutiliser pour subvenir aux besoins énergétiques du train.

La batterie permettra de tester de nouvelles fonctionnalités comme la coupe de la traction thermique pendant les entrées, les arrêts et les sorties de certaines gares, notamment en zone dense, ce qui réduira la pollution et le bruit en gare.

Au total, par ses performances en matière de réduction de la consommation d’énergie et des coûts d’exploitation et de maintenance, et étant indépendant de tout investissement en infrastructure, le TER Hybride apparaît comme une brique essentielle pour contribuer à une mobilité à faible émission CO². Il s’inscrit comme un précurseur dans le programme de R&D de SNCF visant à long terme le remplacement complet de la traction thermique par des technologies à zéro émission de carbone comme l’hydrogène.

Le train reste l’un des modes de transport les plus propres : en moyenne, un train TER émet 30,7g de CO2/km, soit 5 fois moins que la voiture. Et l’usage du train à la place de la voiture permet d’éviter l’émission de 10 millions tCO2 chaque année. Néanmoins, SNCF accélère ses efforts en faveur de la transition énergétique avec pour ambition d’améliorer sa performance énergétique de 20 % et sa performance « carbone » (GES) de 25 %. Les Régions, financeurs des matériels roulants régionaux propriétés de SNCF, concentrent notamment leurs efforts sur un poste à fort impact environnemental, les trains à traction thermique, qui représentent 40 % des voyages des clients. Un premier pas a déjà été franchi avec l’arrivée des trains du quotidien bimode, qui permettent d’alterner motorisation thermique sur les axes non électrifiés et le recours à l’alimentation électrique par caténaire quand elle est possible.

Les Régions Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée ont investi plus de 1,2 milliard d’euros dans la commande de 152 rames Régiolis et Regio2N de dernière génération.


Pour plus d’informations : www.alstom.com – http://www.sncf.fr – http://www.grandest.fr – www.regioncentre.fr

Abonnez-vous à nos newsletters !