Filiale d’HeidelbergCement, GSM a concrétisé un accord avec le Groupe Libaud, le 31 mai dernier, lui permettant de détenir aujourd’hui 100 % des sociétés DTM et Sablimaris, respectivement spécialisées dans l’extraction de granulats marins et dans leur traitement et distribution.

HeidelbergCement poursuit sa politique soutenue d’investissements dans les pays où il est implanté. Grâce à l’acquisition de l’intégralité des sociétés DTM et Sablimaris (gérées depuis 1975 par deux actionnaires à parts égales, GSM et Libaud), GSM, la filiale française d’HeidelbergCement, spécialisée dans la production de sables et graviers, renforce sa position sur le marché des granulats marins.

Bénéficiant depuis le début 1990 d’une présence établie sur toute la façade Atlantique et la Manche, GSM a pris soin d’appuyer son développement sur la collaboration avec toutes les parties prenantes, notamment les scientifiques pour réaliser des études sur les évolutions des fonds marins, ou encore les pêcheurs pour mener une réflexion commune sur l’usage partagé du domaine maritime. À l’instar de ses carrières terrestres où l’intégration réussie au territoire se révèle primordiale, GSM entend développer son activité granulats marins dans le respect des enjeux économiques et environnementaux du littoral.

À cet effet, GSM peut s’appuyer sur son expertise cumulée à celle de ces deux sociétés spécialisées ainsi que sur leur dispositif en termes d’extraction, de réserves et de distribution exploitant les dernières technologies.

Deux navires sabliers dédiés à l’exploitation des gisements marins

  • Stellamaris, le plus grand navire sablier français, mis en service en janvier 2013 et pouvant extraire jusqu’à 4200 t de sable (soit l’équivalent de 150 camions) à une profondeur maximale de 45 m.
  • André L., armé en 2005, qui aspire jusqu’à 3500 t de sable à une profondeur maximale de 40 m et dont la vitesse de 13 nœuds favorise une plus grande fréquence de rotations entre les gisements et les ports de livraison.

Au niveau des concessions minières autorisées, GSM a accès à des gisements qui se situent au large de Quimper, Saint-Nazaire, des Sables-d’Olonne et de La Rochelle, représentant plus de 2 Mm3/an de droits d’extraction.

Quant aux terminaux de traitement, de transformation et de distribution, GSM s’appuie sur un dispositif réparti sur la façade Atlantique pour assurer une commercialisation locale d’environ 2 Mt/an.

Marché des granulats – Chiffres UNPG 2016 (millions de tonnes)

  • Roches Massives 184 Mt
  • Roches Meubles 120 Mt
  • Dont granulats marins 6 Mt

Les granulats marins, réponse de proximité à la raréfaction des ressources terrestres accessibles, représentent 2 % de la production française de sables et graviers naturels et se destinent principalement au secteur du bâtiment et des travaux publics (béton prêt à l’emploi et préfabrication), ainsi qu’à certaines applications agricoles comme le maraîchage.


Pour plus d’informations : www.gsm-granulats.fr

Abonnez-vous à nos newsletters !