©ENGIE

Lancé en 2014, le projet GRHYD* teste l’injection d’hydrogène dans le réseau de distribution de gaz naturel du territoire afin de répondre aux besoins des habitants en termes de chauffage, eau chaude et cuisson. Cette initiative novatrice s’inscrit en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % souhaitée par la France d’ici 2020.

Monsieur Patrice Vergriete, Maire de Dunkerque et Président de la Communauté Urbaine de Dunkerque, Monsieur Léon Devloies, Maire de Cappelle-laGrande et Vice-Président de la Communauté Urbaine de Dunkerque, Madame Isabelle Kocher, Directrice Générale d’ENGIE et Monsieur Fabrice Boissier, Directeur général délégué de l’ADEME, ont inauguré à Cappelle-la-Grande (Nord), en présence des partenaires du projet, le premier démonstrateur Power-to-Gas en France. Le projet GRHYD, Gestion des Réseaux par l’injection d’Hydrogène pour Décarboner les énergies, est stratégique dans le Plan Hydrogène lancé le 1er juin 2018 par le Gouvernement en fournissant des données techniques et économiques sur l’injection d’hydrogène (mesure N°7 : Déterminer les conditions techniques et économiques d’injection d’hydrogène acceptables pour les réseaux).

Inscrit dans la stratégie de la 3ème Révolution industrielle des Hauts-de-France, le projet GRHYD est coordonné par ENGIE, représenté par son centre de recherche ENGIE Lab CRIGEN, en lien avec 10 autres partenaires : AREVA H2Gen, le CEA, le CETIAT, la Communauté urbaine de Dunkerque, ENGIE Ineo, GNVERT, GRDF, INERIS, McPhy et la STDE. Ce démonstrateur est soutenu par l’Etat dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir opéré par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), et labellisé par le pôle de compétitivité Tenerrdis. Son inauguration marque le début de la démonstration avec l’injection des premières molécules d’hydrogène dans le réseau local de distribution de gaz naturel, à hauteur de 6 % dans un premier temps (et jusqu’à 20 % au maximum) pour alimenter les 100 logements et la chaufferie du centre de soins du quartier « Le Petit Village » de Cappelle-la-Grande. Une étape qui durera 2 ans avec pour objectif de valider la pertinence technique et économique de la conversion d’électricité en un nouveau gaz via une combinaison hydrogène et gaz naturel.

Le Power-to-Gas représente une solution d’avenir permettant de transformer l’électricité issue d’énergies renouvelables en gaz hydrogène. Ainsi converties, ces énergies peuvent être stockées et transportées dans les réseaux de gaz naturel. Et le potentiel est énorme : à l’horizon 2035, l’ADEME évalue le potentiel d’hydrogène produit à partir d’électricité en France en ayant recours au Power-to-Gas à environ 30 TWh par an.

En permettant l’émergence d’un nouveau mode de valorisation et de stockage des énergies renouvelables, ce démonstrateur illustre le plan hydrogène lancé par Monsieur Nicolas Hulot, Ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, le 1er juin 2018, et l’importance d’un changement d’échelle pour la filière en France. L’Hexagone bénéficie d’acteurs industriels de pointe sur l’ensemble des technologies pour lesquels les démonstrateurs sont essentiels.

Le projet GRHYD est novateur par les objectifs sur les taux d’incorporation par rapport aux autres projets d’injection d’hydrogène dans les réseaux de gaz expérimentés dans d’autres pays européens comme en Allemagne et prochainement en Angleterre.

GRHYD en chiffres-clés 

  • 1er démonstrateur Power-to-Gas en France
  • 11 partenaires
  • 15 millions d’euros de budget
  • 6 ans d’étude, d’autorisation et de démonstration
  • 3 containers installés, contenant les technologies de pointe : un pour l’électrolyse, un pour le stockage et un pour l’injection dans le réseau d’hydrogène
  • 100 logements et la chaufferie du centre de soins alimentés par un nouveau gaz composé d’hydrogène et de gaz naturel.

Pour plus d’informations :  www.grhyd.fr

Abonnez-vous à nos newsletters !