En 2017, Jan De Nul Group a réalisé un chiffre d’affaires de 1 758 millions d’euros.

Jan De Nul fait preuve de force, de flexibilité et de pluridisciplinarité

L’année 2017 n’a pas apporté le redémarrage espéré de l’économie mondiale et du climat d’investissement mondial. Le marché du dragage s’est même réduit. En outre, les bas prix du pétrole et du gaz ont maintenu le marché du pétrole et du gaz en mode économique. Le point positif est cependant la prise de conscience croissante en ce qui concerne le changement climatique et la transition énergétique. En conséquence, Jan De Nul Group connaît une activité accrue sur le marché des énergies renouvelables offshore, également en dehors de l’Europe. En plus de ses activités maritimes, Jan De Nul Group continue d’utiliser ses connaissances et son expertise sur le marché civil et environnemental.

Ces évolutions de marché en 2017 ont généré un chiffre d’affaires annuel de 1 758 millions d’euros pour Jan De Nul Group. Pour la première fois, après une période de six années consécutives, le groupe reste inférieur à 2 milliards d’euros. Chose plus importante, cependant, est la rentabilité continue, voire croissante, des activités de Jan De Nul Group. L’EBITDA en 2017 s’élevait à 365 millions d’euros et est passé à 21% du chiffre d’affaires, soit une augmentation de la marge d’EBITDA de 4% en glissement annuel. En outre, Jan De Nul Group dispose d’un carnet de commandes bien rempli de 2,61 milliards d’euros pour l’avenir, en ligne avec les années précédentes.

Jan De Nul Group se focalise traditionnellement sur l’exécution réussie de ses activités de base, à savoir les travaux maritimes, aussi bien les activités de dragage qu’offshore, les travaux de génie civil et les travaux environnementaux. La diversification et l’intégration croissantes des activités permettent au groupe de rester fort, même en cas de baisse temporaire des sous-marchés. Le groupe a prouvé la valeur ajoutée d’une approche intégrée dans la mise en œuvre des projets multidisciplinaires suivants :

  • L’expansion du territoire de Monaco à hauteur de 6 hectares de mer où la division de dragage est responsable des travaux de dragage et de remise en condition de terrains, la division de l’environnement du traitement des sédiments contaminés et la division offshore des installations de roches sous-marines ;
  • La conception et la construction de deux fondations gravitaires (GBF) pour le parc éolien danois Kriegers Flak où la division civile est responsable de la construction des GBF et la division offshore installe et stabilise les structures en mer.

La jeune flotte multifonctionnelle, le vaste parc d’équipement et les employés expérimentés et qualifiés de Jan De Nul Group assurent le haut niveau de performance dans chaque projet.

 

Jan De Nul Group est toujours caractérisé par ses diverses activités maritimes. En 2017, Jan De Nul Group était entre autres actifs sur de grands chantiers d’infrastructure portuaire en France (Calais), au Maroc (Nador), en Inde (Mumbai), au Mozambique (Maputo), au Ghana (Takoradi) et en Colombie (Buenaventura), dans le cadre de projets de remblai de terrains à Monaco, à Taiwan, en Indonésie, au Mexique, aux Bahamas et au Panama et au niveau de divers travaux de dragage d’entretien et travaux de protection du littoral dans le monde entier.

Au sein de la division maritime, la division offshore de Jan De Nul Group propose des services spécialisés pour l’installation de structures en mer à la fois pour le marché des énergies renouvelables et le marché du pétrole et du gaz. Jan De Nul Group propose souvent des services combinés (multi-contrat) ou clés en main sur une base EPCI (Engineering, Procurement, Construction, Installation). Le marché offshore est actuellement porté par le secteur de l’énergie éolienne renouvelable, dans le cadre duquel Jan De Nul Group étend ses services, également géographiquement. En 2017, le groupe a livré avec succès le parc éolien Nobelwind (Belgique) et a participé activement à la construction des parcs éoliens offshore d’entre autres, Tahkoluoto (Finlande) et Blyth (Royaume-Uni). En outre, divers projets d’installation de câbles en Europe et à l’étranger ont également été réalisés.

La division civile de Jan De Nul Group est principalement active au Benelux, en mettant l’accent sur la conception, l’ingénierie et la réalisation de bâtiments et de projets d’infrastructure complexes. Jan De Nul Group est également reconnu comme un partenaire PPP fiable (Partenariat Public-Privé). En septembre 2017, l’autoroute A11 entre Bruges et Knokke a été livrée avec succès et précisément dans la période d’exécution fixée. Aux Pays-Bas, le groupe participe à l’écluse Prinses Beatrixsluis. Le consortium a également signé avec Jan De Nul Group pour la rénovation tant attendue du tunnel Leopold II à Bruxelles.

Le spécialiste des fondations Soetaert fait partie intégrante de l’offre de Jan De Nul Group pour des travaux dans le monde entier. La société Soetaert a été active en 2017 au Panama (construction de quai pour PSA Panamá), en France (vibroflotation dans le port de Calais), aux Pays-Bas (parois de digue et parois en profondeur pour l’écluse Beatrixsluis) et en Belgique (plus de 150 chantiers).

La décontamination des sols et des eaux souterraines, le dragage environnemental et le traitement des sédiments, et le traitement et la valorisation des déchets sont les activités menées par la division environnementale de Jan De Nul Group. L’année 2017 a été marquée par une nouvelle expansion du réseau de centres de traitement des sols et des sédiments en Europe et par une coopération accrue avec les départements de dragage et de génie civil du groupe. Par exemple, Envisan était active au niveau international à Malte (Valetta), en Suède (Oskarshamn) et en Norvège (Trondheim).

En outre, Jan De Nul Group, par le biais de son développeur PSR brownfield, combine des travaux d’assainissement et de construction civile avec le développement de projets.

 

Chiffre d’Affaires et Résultat

En 2017, Jan De Nul Group a réalisé un chiffre d’affaires de 1 758 millions d’euros. Plus important, cependant, est la rentabilité continue, voire croissante, des activités de Jan De Nul Group. L’EBITDA en 2017 s’élève à 365 millions d’euros et passe à 21% du chiffre d’affaires, soit une augmentation de la marge d’EBITDA de 4% en glissement annuel. Le bénéfice net s’élève à 70 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires peut être divisé en 72% d’activités de dragage et offshore, 24% d’activités civiles et 4% d’activités environnementales. Le ratio des activités sur le chiffre d’affaires est dans le droit fil par rapport aux années précédentes.

Structure financière solide

À la fin de l’année 2017, Jan De Nul Group a atteint un niveau de solvabilité sans précédent, avec un ratio de pas moins de 75%. Ces solides chiffres en matière de solvabilité demeurent et sont le résultat direct des années de mise en réserve de bénéfices.

Cela permet au groupe de financer en grande partie ses investissements au fil des années à partir de ses propres flux de trésorerie. Même avec la politique d’investissement et de renouvellement continue, Jan De Nul Group est désormais entièrement libre de toute dette nette pour la quatrième année consécutive. La position de trésorerie nette (excédent) à la fin de 2017 s’élevait à 345 millions d’euros.

Carnet de commandes stable

L’année 2017 a été clôturée avec un carnet de commandes de 2,61 milliards d’euros, un chiffre stable au fil des années. Le carnet de commandes de Jan De Nul Group comprend plusieurs projets ambitieux :

  • A Mumbai (Inde), Jan De Nul Group approfondit et élargit en joint-venture le canal d’accès au port de Jawaharlal Nehru Port. Les travaux ont débuté en 2017. Les zones de dragage comprennent le chenal d’accès de 35,5 kilomètres de long et diverses plaques tournantes et ancrages. Au total, plus de 40 millions de mètres cubes de sable, de boue, d’argile et de roche doivent être enlevés. Le port de Jawaharlal Nehru Port est le plus grand port à conteneurs de l’Inde et pourra accueillir de plus gros porte-conteneurs après l’achèvement du projet.
  • A Cotonou (Bénin), un brise-lames sous-marin de quatre kilomètres sera construit pour la protection du littoral à la demande du gouvernement local.
  • A Texel (Pays-Bas), la digue Prins Hendrikzanddijk, longue de trois kilomètres, sera renforcée de sable au bord de la mer. Cela donnera à Texel 200 hectares en plus. À partir de 2018, Jan De Nul Group construira une zone naturelle unique et dynamique avec des dunes, des marais salants et une plage devant la digue actuelle. Le renforcement de la Prins Hendrikzanddijk fait partie des principales opérations de renforcement de digues aux Pays-Bas.
  • En Allemagne, Jan De Nul Group installera 32 éoliennes de 6,33 MW chacune en mer pour le parc éolien offshore Trianel Borkum II. Jan De Nul Group est également responsable de la livraison électrique et mécanique des éoliennes. Le groupe a également trois autres projets éoliens offshore en Allemagne : l’installation des câbles d’exportation CVC pour le parc éolien Trianel Borkum II, l’installation des câbles d’exportation CVC pour le parc éolien Borkum Riffgrund II, et l’installation de 36 fondations pour parc éolien Borkum Riffgrund II.
  • En Belgique, le consortium avec Jan De Nul Group, CIRCUL 2020, réalisera les travaux de rénovation du tunnel Léopold II à Bruxelles. C’est un contrat de rénovation et d’entretien pour les 25 prochaines années. Les travaux préparatoires débuteront en mai 2018. Avec ses 2,5 kilomètres, le tunnel Léopold II est le plus long et l’un des tunnels de circulation les plus complexes de la capitale belge.

Au printemps 2018, Jan De Nul a encore signé plusieurs contrats, dont deux importants contrats pour la construction de deux parcs éoliens en mer à Taiwan : le parc éolien offshore Formosa 1 (phase 2) et le projet Changhua Offshore Windfarm Phase 1. Les autres divisions du groupe ont également remporté un certain nombre de contrats, ce qui permet à Jan De Nul Group de se projeter dans l’avenir en toute confiance.

 

Investissements stratégiques

À l’été 2017, les navires polyvalents Adhémar de Saint-Venant et Daniel Bernoulli ont été livrés en Chine. Après la livraison, les navires ont immédiatement été mis en service pour entre autres des travaux d’installation de roche, des opérations de creusement de tranchées, l’installation d’un lit de gravier et le lestage de fondations gravitaires. Des activités qui démontrent la déployabilité polyvalente de ces nouveaux navires.

Trois navires ont été commandés en 2017, deux d’une capacité de 6 000 m³ et une de 18 000 m³. De cette façon, Jan De Nul Group se concentre comme à l’accoutumée sur le leadership du marché grâce à sa flotte diversifiée et moderne. Les deux navires de 6 000 m³ seront construits par Keppel Offshore & Marine à Singapour, avec livraison fin 2019 et au cours de la première moitié de 2020. Le grand navire sera construit en Chine par COSCO, avec une livraison prévue d’ici à 2020.

La plus récente et la plus grande drague à désagrégateur Willem van Rubroeck a été mise à l’eau sur le chantier naval Uljanik en Croatie en août 2017. Cependant, la construction du navire est retardée en raison d’une restructuration du chantier naval. La livraison est maintenant prévue pour l’automne 2018.

La construction de trois navires d’une capacité de 3 500 m³ au chantier naval Keppel Singmarine en Chine se déroule bien. La livraison de ces navires est prévue pour la deuxième moitié de 2018 et la première moitié de 2019. Les navires portent le nom d’explorateurs portugais Afonso de Albuquerque, Diogo Cão et Tristão da Cunha.

En plus de la flotte Jan De Nul Group investit également en continu dans le soutien de ses autres activités, entre autres, dans les installations de fondation, divers matériaux secs, les centres de traitement des sols, les terrains pour l’aménagement du territoire, …


Pour plus d’informations :   www.jandenul.com

Abonnez-vous à nos newsletters !