©BTP Gallery

Le 20 avril 2018, une présentation de l’avancée des travaux du nouveau bâtiment du CNIS, a eu lieu en présence de Dan Kersch, ministre de l’Intérieur du Luxembourg, Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Simone Beissel, échevin responsable en matière d’incendie, de sauvetage et d’ambulances.

Les différents services d’interventions d’incendie et de secours Luxembourgeois, majoritairement communaux, vont être regroupés au sein d’une même unité pour s’inscrire dans le cadre de la réforme des services de secours, mise en œuvre par la loi du 27 mars 2018. Le nouveau centre d’incendie et de secours(CNIS) implanté au 3, boulevard de Kockelscheuer à Luxembourg-Gasperich sera la pièce maitresse du corps grand-ducal d’incendie et de secours (CGDIS). Les projets de construction et d’exploitation de centres d’interventions, répartis sur le territoire, seront sous la tutelle du CNIS de Luxembourg-Gasperich.

Le CNIS regroupera sur un site unique le Centre d’incendie et de secours (CIS) Luxembourg (actuellement situé route d’Arlon), la direction générale du Corps grand-ducal d’incendie et de secours (CGDIS) (actuellement située rue Robert Stümper) avec le Central des secours d’urgence (CSU-112), ainsi que l’Institut national de formation des secours (INFS).

Le projet répond également au besoin d’avoir des ateliers adaptés aux nouveaux véhicules d’intervention d’un gabarit plus imposant.

D’un montant total d’environ 141 millions d’euro, le projet est divisé en deux zones :

  • La zone I regroupe les pompiers professionnels et volontaires du CIS Luxembourg, l’administration du CGDIS, le CSU-112 ainsi que l’Institut national de formation des secours.
  • La zone II comporte le plateau technique avec les installations techniques nécessaires à l’entraînement et à la formation pratique des pompiers professionnels et volontaires.

Programme de construction

La zone I du nouveau Centre national d’incendie et de secours d’un volume bâti brut de 179.310 m3, correspondant à une surface totale de 39.752 m2 comprend :

  • Le Centre d’incendie et de secours Luxembourg :
  • La zone « administration » 22 bureaux, 4 salles de réunions
  • La zone « formation » avec 6 salles d’instruction, 1 bibliothèque, 1 grande salle de sport et des salles d’entraînement physique
  • La zone « séjour » avec 36 salles de repos à 4 lits et 8 chambres externes, cuisine et réfectoire, 3 séjours
  • La zone « garages techniques » pour 16 grands véhicules de sauvetage et 12 véhicules moyens
  • La zone atelier de serrurerie, menuiserie, électricité et équipements techniques spécifiques
  • La zone « poste de secours » avec 24 emplacements pour véhicules d’intervention
  • La zone « station de désinfection »
  • La tour des tuyaux du Service incendie
  • La partie « pompiers volontaires » avec garages à 4 emplacements pour véhicules d’intervention et locaux de stockage, 3 salles polyvalentes, 3 bureaux, cuisine, vestiaires et locaux sanitaires
  • L’administration du futur CGDIS : une quarantaine de bureaux / salles de réunions, le service médical avec 6 salles de consultation, garages…
  • L’institut national de formation des secours : 7 bureaux, 18 salles d’instruction, dont un grand auditoire, 1 internat avec une trentaine de chambres, locaux pour entraînement physique, garages, ateliers …
  • 1 zones synergétiques à utilisation commune : le central des secours d’urgence 112, la cantine et cuisine, 1 parking à étages avec 153 emplacements, 22 emplacements voitures à l’extérieur, dont certains pourront être pourvus de bornes de recharge électriques.

La zone II du nouveau Centre national d’incendie et de secours se situe à l’arrière du bâtiment central et comprend le plateau technique pour la formation de base et la formation continue des pompiers volontaires et professionnels. L’élément central de cette zone est constitué par le hall d’entraînement qui reproduit un échantillon d’immeubles représentatifs pour l’architecture qu’on retrouve au Grand-Duché, permettant la simulation réaliste de nombreux scénarios d’accidents ou d’incendies :

  • Un immeuble à deux étages incluant des entrepôts ;
  • Un immeuble d’habitation avec des surfaces commerciales au rez-de-chaussée ;
  • Un immeuble d’habitation à 5 étages avec toiture plate permettant des exercices de sauvetage en hauteur ;
  • Un immeuble d’habitation ancien avec caves ;
  • Une reconstitution d’un système de canalisation.

À l’extrémité Nord du hall d’entraînement se trouvent les vestiaires, les bureaux pour les instructeurs, l’entrepôt pour le matériel d’instruction ainsi qu’un parcours pour l’entraînement avec les appareils respiratoires isolants.

Les surfaces découvertes adjacentes au hall d’entraînement permettent des exercices en plein air, incluant la simulation d’accidents impliquant des substances dangereuses.

Une maison à feu de type (R-1 R+2) constitue un autre élément essentiel dans la formation des pompiers volontaires et professionnels. Cette maison pas comme les autres, présente un environnement « fumée froide » ou « fumée chaude ». Son sous-sol et ses deux étages permettent aux stagiaires de s’engager sur des interventions aussi différentes que des feux de cave, feux d’appartement avec des sauvetages en hauteur à réaliser. Ce bâtiment permet de s’exercer sur des feux réels en garantissant les règles de sécurité adaptées à la formation.

Un caisson d’entraînement au bois permet un entraînement adéquat pour détecter les signes d’un embrasement généralisé (flash-over) où il est possible d’observer la progression réelle de l’incendie depuis la mise à feu jusqu’au dégagement de fumées et de s’entraîner à pratiquer les comportements adéquats et les différentes méthodes d’extinction du feu.

Un silo d’entraînement permet la simulation de sauvetages de personnes ensevelies.

Un autre bâtiment est dédié aux interventions techniques, permettant la simulation d’accidents de travail, l’écroulement d’immeubles ou encore le découpage de différents matériaux, tels que bois et métaux.

Finalement, la zone II abrite un bâtiment incluant un tunnel routier et ferroviaire permettant des exercices dans un milieu confiné.

Une portion de voies ferrées avec quai, un étang d’entraînement servant également comme bassin de rétention, et un plan incliné complètent le plateau technique.

Chronologie et avancement des travaux              

  • 4.2004 : Lancement du concours
  • 12.2004 : Proclamation du lauréat : BLK2 Böge Lindner K2 Architekten
  • En collaboration avec les bureaux d’études : Architecture et Environnement SA, Schroeder et Associés, Jean Schmit Engineering, KPlan
  • Coordination générale du projet : Paul Wurth
  • 2008 – 2015 : Elaboration du projet

5 septembre 2016 Début des travaux de gros-œuvre de la zone 1

Zone 1 : Travaux déjà réalisés et prochaines étapes

  • En cours (avril 2018) : L’état d’avancement des travaux de gros-œuvre se situe à +/- 80%. Actuellement sont en cours de réalisation, les deux ponts/passerelles ainsi que la mise en œuvre des réseaux enterrés autour du bâtiment.
  • Avril 2018 : Démarrage des travaux de second œuvre et d’installation technique
  • Juillet 2018 : Achèvement des travaux de gros-œuvre concernant le bâtiment zone 1

Zone 2 : Travaux déjà réalisés et prochaines étapes

  • En cours (avril 2018) : Les travaux de terrassement ayant été entamés en février 2018, l’état d’avancement se situe actuellement à environ 50%.
  • Actuellement sont en cours de réalisation, le terrassement général et la préparation des fonds de fouille pour les différentes constructions et le bassin d’entraînement tout comme les infrastructures.
  • Avril 2018 : Début des travaux d’infrastructures et de gros-œuvre
  • Octobre 2018 : Début des travaux de clos et couvert
  • 2020 : Fin des travaux, selon toutes prévisions

 

Abonnez-vous à nos newsletters !