L’énergie excédentaire provenant de l’installation de recherche sur les matériaux European Spallation Source (ESS) sera recyclée pour chauffer les maisons et d’autres propriétés dans les environs.

ESS a conclu un accord avec E.ON, la compagnie d’énergie qui fournira l’installation de refroidissement. E.ON traitera également la chaleur résiduelle de l’installation, qui sera recyclée pour le chauffage urbain. L’accord décrit comment E.ON fournira à l’ESS le refroidissement, l’eau purifiée et l’air comprimé nécessaires au fonctionnement de l’installation de recherche et utilisera le surplus de chaleur qui, au lieu d’être rejeté dans l’air, peut être utilisé pour chauffer les maisons et des lieux de travail dans la région à travers les réseaux de chauffage urbain locaux, faisant de l’ESS l’une des installations de recherche les plus durables au monde.

« L’une des raisons pour lesquelles ESS a été placée à Lund était nos objectifs de durabilité ambitieux. Nous visons à établir une nouvelle norme pour les grandes installations scientifiques, et le recyclage de la chaleur résiduelle est essentiel à cet égard. E.ON sera un excellent partenaire pour ESS car nous cherchons à devenir l’un des centres de recherche les plus respectueux de l’environnement au monde », a déclaré John Womersley, directeur général du SST.

L’ESS, qui abritera la source de neutrons la plus puissante du monde, offrira des possibilités de recherche uniques dans un large éventail de domaines, tels que l’énergie, les transports, les sciences de la vie et l’alimentation. Le surplus de chaleur est généré par la machinerie utilisée dans l’installation, par exemple les systèmes cryogéniques utilisés pour générer l’hélium liquide nécessaire pour refroidir l’accélérateur ESS à quelques degrés au-dessus du zéro absolu, et les alimentations utilisées pour piloter le faisceau de particules.

Dans le processus de refroidissement, la chaleur excédentaire sera récupérée avec des échangeurs de chaleur et utilisée pour produire de l’eau chaude qui sera ensuite injectée dans les réseaux de chauffage urbain. Recycler la chaleur résiduelle de cette façon n’est pas seulement écologique, elle réduit également les coûts d’exploitation de l’installation.

L’accord avec E.ON est signé pour une période de 40 ans et commencera entièrement à partir de 2025, avec une augmentation graduelle de l’énergie manipulée à mesure que les besoins de l’installation de recherche augmenteront. ESS impose des exigences élevées pour une livraison fiable du refroidissement nécessaire aux opérations, afin de minimiser le risque de perturbation des expériences.

« E.ON a été impliqué dans le processus de développement du concept de gestion de l’énergie du SSE, et nous avons un travail de développement passionnant devant nous en ce qui concerne cette solution énergétique », a déclaré Kent Hedin, chef des installations conventionnelles.

L’eau chaude produite par ESS a des niveaux de température différents et peut être utilisée à différentes fins. Les bâtiments de l’ESS, tels que les laboratoires et les bureaux, seront chauffés avec de l’eau à plus basse température, et un peu de chaleur excédentaire sera utilisée pour les réseaux de chauffage urbain à basse température construits dans la région environnante de Brunnshög. ESS a déjà conclu un accord avec Kraftringen pour l’eau à haute température, qui sera transférée et recyclée directement dans le réseau de chauffage urbain existant de Lund.


Pour plus d’informations : www.europeanspallationsource.se 

Abonnez-vous à nos newsletters !