Le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris a approuvé à l’unanimité un premier budget rectificatif pour 2018 de 2,742 milliards d’euros en crédits de paiement et 3,631 milliards en autorisations d’engagement.

Le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris a adopté aujourd’hui un premier budget rectificatif pour 2018 afin de permettre la notification des marchés suivants :

  • La réalisation du tronc commun des lignes 16 et 17. Ce tronçon comprend la partie de la ligne allant de la gare de Saint-Denis-Pleyel à la gare de Bourget-RER, le raccordement au centre d’exploitation d’Aulnay, la réalisation de la gare Le Blanc-Mesnil et le raccordement à la ligne 14 Nord (liaison Mairie de Saint-Ouen/Saint-Denis Pleyel).
  • Le lancement des marchés pour la réalisation du prolongement au sud de la ligne 14, dont la RATP est maître d’ouvrage par délégation de la Société du Grand Paris.

Ce budget prévoit également un premier renforcement des effectifs de la Société du Grand Paris pour consolider le pilotage opérationnel, contractuel et financier du projet à hauteur de 20 postes supplémentaires.

Il vient réviser les premières autorisations budgétaires pour 2018, approuvées le 1er décembre dernier par le conseil de surveillance. Ces autorisations s’établissaient à 2,249 milliards d’euros en crédits de paiement et 503 millions d’euros en autorisations d’engagement. Elles correspondaient aux dépenses prévisionnelles rattachées à des engagements déjà pris au cours de l’exercice 2017, ainsi qu’aux dépenses nécessaires à la poursuite de la maîtrise foncière et au fonctionnement de la Société du Grand Paris.

Un second budget rectificatif pour 2018 sera présenté au conseil de surveillance de la Société du Grand Paris afin de prendre en comptes les arbitrages du gouvernement relatif au calendrier de mise en service des autres lignes du Grand Paris Express.

En outre, le conseil de surveillance a élu son vice-président, M. Jean-Jacques Barbaux, président du conseil départemental de Seine-et-Marne, en remplacement de M. Arnaud Bazin, ancien président du conseil départemental du Val d’Oise, élu au Sénat.

« En adoptant ce premier budget rectificatif pour 2018, l’Etat et les collectivités Franciliennes permettent à la Société du Grand Paris d’engager la réalisation des lignes du Grand Paris Express dont la mise en service est prévue avant les Jeux olympiques de 2024. » a souligné pendant la séance le président du conseil de surveillance, Jean-Yves Le Bouillonnec.


Pour plus d’informations : www.societedugrandparis.fr

Abonnez-vous à nos newsletters !