Pour faire face aux contraintes imposées par le besoin d’une faible en émission de C02 mais aussi d’une baisse au niveau des décibels, le groupe Vicat présente un nouveau camion malaxeur. Nom du projet : « oxygène ».

Jean-Baptiste Pastor Responsable logistique Béton Vicat présent à la SIM 2017, se chargeait d’exposer les intérêts d’un tel véhicule. Le projet « oxygène » lancé il y a 3 ans, a pour objectifs de répondre aux réglementations environnementales qui vont être appliquées aux livraisons en milieu urbain et périurbain.

Sur la base d’un châssis cabine propulsé par un moteur Iveco alimenté au Gaz Naturel pour Véhicule, une toupie hybride Cifa Energya a été installée. Pour ce faire un partenariat entre le groupe Vicat, Iveco, le groupe Jacky Perrenot et le groupe Cifa a été créé.

Iveco annonce que son moteur GNV émet « 20% de CO₂ de moins que l’essence ». Alimenté en bioGNV il permet de « réduire de 80% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’essence et au gazole. Le recours au bioGNV permet de réduire jusqu’à 96% (combiné au système Energya) le taux de CO₂ et jusqu’à 92% le taux d’émission de particules fines ».

Cifa Energya a mis au point une bétonnière électrique sur batterie « grand modèle ».

Elle est alimentée par des batteries au lithium qui se rechargent lors des déplacements et grâce au système Kinetic Energy Recovery System (KERS) qui agit en phase de décélération. Un coupleur sur une prise 380V peut également être utilisé pour recharger les batteries.

©BTP Gallery

Le moteur électrique arrive à faire tourner les 9 m3 de la toupie comme sur les véhicules traditionnels « c’était l’objectif premier : arriver à faire le même travail qu’avec un véhicule ordinaire », précise Jean-Baptiste Pastor. Sur des semi-remorques transportant 12 m3 le procédé n’est pas encore applicable « Ce véhicule était impossible il y a 3 ans, aujourd’hui il est là, ce qui fait penser que demain il sera tout à fait possible d’adapter les moteurs électriques sur les semi-remorques toupies ».

La nuit tous les bruits semblent amplifiés, ce camion arrive sur le site, coupe son moteur principal est peut décharger en utilisant que le moteur électrique ce qui réduit les nuisances sonores et les émissions de gaz d’échappement, les contraintes imposées par les cahiers des charges en milieu urbain ont surement trouvé leur solution.

Ce véhicule répond à la norme PIEK et donc représente un grand attrait par rapport aux donneurs d’ordres, pour les institutions et sur les différents marchés. Aujourd’hui c’est une nécessité d’avoir un véhicule faible en émission de C0mais aussi faible au niveau des décibels. « La nuit ou en horaire décalée il faut savoir que pour des livraisons le camion ne doit pas dépasser 71db, cette toupie répond à cette norme » affirme Jean-Baptiste Pastor.

Jean-Bernard STOCKER – BTP Gallery

Abonnez-vous à nos newsletters !