Le Conseil d’administration d’EDF, réuni le 27 juillet 2017 sous la présidence de Jean-Bernard Lévy, a arrêté les comptes consolidés résumés du semestre clos le 30 juin 2017.

Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur Général d’EDF a déclaré : « Dans un contexte de marché défavorable et conforme à ses prévisions, le Groupe poursuit son plan de performance et maintient ses objectifs annuels. S’appuyant sur un bilan renforcé, EDF déploie activement sa stratégie CAP 2030. Ce premier semestre 2017 est marqué par une accélération dans le domaine des énergies renouvelables, avec en particulier la prise de contrôle de la société Futuren et l’augmentation des capacités nettes installées. La refondation de la filière nucléaire française a aussi franchi des jalons essentiels et positifs ces derniers mois. Je remercie les équipes pour leur mobilisation au quotidien afin de faire d’EDF le champion de la croissance bas carbone ».

Dans des conditions de marché défavorables, et compte tenu d’un recul de la production nucléaire en France, les résultats du premier semestre 2017 sont en baisse. Au cours de cette période, le Groupe a poursuivi le déploiement de son plan de transformation en accord avec la stratégie CAP 2030. Il a en particulier réalisé avec succès une augmentation de capital d’un montant de 4 milliards d’euros en 2017.

Le plan de cessions d’actifs a continué à se concrétiser et atteint un montant cumulé d’environ 8,0 milliards12 d’euros de cessions signées ou réalisées pour un objectif d’au moins 10 milliards d’euros entre 2015 et 2020. Les actions engagées dans le cadre du plan de performance ont permis une réduction significative des charges opérationnelles13 de 2,2 % (-225 millions d’euros) par rapport au premier semestre 2016 soit en cumulé environ 70 % de l’objectif de -700 millions d’euros d’économies entre 2015 et 2018.

Les actions d’optimisation du BFR estimées à 200 millions d’euros, permettent d’atteindre en cumulé environ 90% de l’objectif de 1,8 milliard d’euros d’optimisation du BFR sur la période 2015-2018. L’EBITDA du segment France – Activités de production et commercialisation s’élève à 2 453 millions d’euros, en baisse organique de 28,9 %, du fait principalement du recul de la production nucléaire et hydraulique et de conditions de marché défavorables.

 L’EBITDA du segment France – Activités régulées14 atteint 2 400 millions d’euros en recul organique de 14,0 % suite d’une part aux effets défavorables du climat et des tempêtes, et d’autre part à des éléments favorables en 2016 sans équivalent en 2017. Au Royaume-Uni, l’EBITDA est en baisse organique de 34,4 % à 627 millions d’euros en raison essentiellement de l’impact significatif de la baisse des prix réalisés du nucléaire.

En Italie, l’EBITDA enregistre une hausse organique de 28,4 % à 426 millions d’euros grâce à l’évolution favorable des prix de vente d’électricité et à une activité exploration et production dans les hydrocarbures tirée par la hausse du cours du Brent et du prix du gaz. L’EBITDA du segment Autre international est en baisse organique de 21,5 %, en Belgique en raison principalement d’une moindre production, et au Brésil du fait de la révision du tarif.

L’EBITDA du segment Autres métiers bénéficie d’une production d’énergie renouvelable en hausse de 5 % et d’une augmentation des capacités nettes installées d’EDF Énergies Nouvelles de 0,8 GW. En revanche, l’activité Développement-Vente d’Actifs Structurés est en recul après un volume soutenu d’opérations au premier semestre 2016 conduisant à une baisse de l’EBITDA du segment au premier semestre 2017 de 9,4 %. Le résultat financier est en amélioration de 236 millions d’euros par rapport au premier semestre 2016 grâce notamment à une augmentation des plus-values de cession d’actifs dédiés, un coût de l’endettement en diminution, et à une moindre charge de désactualisation. Le résultat net courant s’établit à 1 370 millions d’euros au premier semestre 2017, en baisse de 53,8 % par rapport au premier semestre 2016.

Le résultat net part du Groupe s’élève à 2 005 millions d’euros au premier semestre 2017, quasi stable par rapport au premier semestre 2016 (-3,7 %), l’effet positif de la plus value enregistrée au titre de la cession de 49,9 % de CTE15 et l’amélioration du résultat financier compensant globalement le recul de l’EBITDA.

Le Groupe a poursuivi la maîtrise et la sélectivité des investissements nets hors Linky16, nouveaux développements17 et cessions d’actifs, qui s’élèvent à 4 913 millions d’euros intégrant l’investissement dans Futuren, en baisse de 252 millions d’euros, grâce notamment à la rationalisation du parc thermique et à un effort de l’ensemble des segments opérationnels. Les investissements nets totaux s’élèvent à 1 480 millions d’euros sur le premier semestre 2017 contre 5 569 millions d’euros sur le premier semestre 2016, compte tenu de la cession de 49,9 % de CTE15.

Le cash flow opérationnel s’établit à 4 156 millions d’euros sur le premier semestre 2017 contre 7 959 millions d’euros sur le premier semestre 2016, soit une diminution de 3 803 millions d’euros. Cette variation résulte principalement de la baisse de l’EBITDA pour un montant de 1 948 millions d’euros et de l’augmentation de l’impôt payé sur le résultat. Le cash flow après investissements nets est en amélioration significative et s’établit à 3 158 millions d’euros principalement grâce à la cession de 49,9 % de CTE15 et à une variation favorable du besoin en fonds de roulement. Le cash flow Groupe18 est positif de 1 482 millions d’euros. Il tient compte du paiement en actions de la majeure partie du solde du dividende au titre de l’exercice 2016 et de la dotation règlementaire19 aux actifs dédiés.

L’endettement financier net du Groupe est de 31 268 millions d’euros au 30 juin 2017. Il était de 37 425 millions d’euros au 31 décembre 2016. Cette amélioration résulte principalement de l’augmentation de capital de 4 milliards d’euros et des cessions d’actifs réalisées au premier semestre 2017. Le ratio d’endettement financier net / EBITDA s’élève à 2,2x au 30 juin 2017, en cohérence avec l’objectif que s’est fixé le Groupe pour l’exercice 2017 d’un ratio inférieur à 2,5x.


11 Le résultat net courant n’est pas défini par les normes IFRS et n’apparaît pas en lecture directe dans le compte de résultat consolidé du Groupe. Il correspond au résultat net hors éléments non récurrents et hors variation nette de juste valeur sur instruments dérivés énergie et matières premières hors activités de trading nets d’impôts

12 Impact sur l’endettement financier net

 13 Somme des charges de personnel et des autres consommations externes. À périmètre et taux de change comparables. À taux d’actualisation retraites constants. Hors variation des charges opérationnelles des activités de services

 14 Activités régulées : Enedis, Electricité de Strasbourg et activités insulaires. Enedis est une filiale indépendante d’EDF au sens des dispositions du Code de l’énergie

 15 Holding détenant 100 % des titres RTE (filiale indépendante d’EDF au sens des dispositions du Code de l’énergie) 16 Linky est un projet porté par Enedis, filiale indépendante d’EDF au sens des dispositions du Code de l’énergie

 17 Nouveaux développements : notamment projets UK NNB et éolien offshore

18 Cash flow après dividendes hors prise en compte de l’augmentation de capital

19 Dotation aux actifs dédiés règlementaire de 1 095 millions d’euros conformément au courrier ministériel du 10 février 2017

20 L’endettement financier net n’est pas défini par les normes comptables et n’apparaît pas en lecture directe dans le bilan consolidé du Groupe. Il correspond aux emprunts et dettes financières diminués de la trésorerie et des équivalents de trésorerie ainsi que des actifs liquides. Les actifs liquides sont des actifs financiers composés de fonds ou de titres de maturité initiale supérieure à trois mois, facilement convertibles en trésorerie, et gérés dans le cadre d’un objectif de liquidité

21 Le ratio au 30 juin 2017 est calculé sur la base du cumul de l’EBITDA du second semestre 2016 et du premier semestre 2017


Pour les résultats détaillés : Résultats S1 EDF 2017


Pour plus d’informations : www.edf.fr

Abonnez-vous à nos newsletters !