Canterbury, une grande région centre-est du Sud de la Nouvelle – Zélande offre le meilleur des deux mondes – les plages d’argent et les Alpes du Sud. Mais les pics pittoresques ne sont pas pour les craintifs – en particulier pendant les mois d’hiver lorsque le mercure peut descendre à des températures inférieures à zéro. Le paysage accidenté est un cadre idéal pour les forêts de pins dédiées à l’exportation – un processus qui est avéré difficile pour les bûcherons.

La clé de la récolte de la culture est le bon équipement et Volvo Construction Equipment répond à la demande des clients en fournissant des excavateurs – le EC250DL et le plus lourd EC300DL – qui ont été spécialement modifiés pour l’industrie forestière de la Nouvelle – Zélande

Une machine adaptée à son environnement

Pour travailler sur des centaines d’hectares dans les collines de Malvern de Canterbury, Button Logging utilise l’un des nouveaux transporteurs forestiers EC300DL. « L’exploitation forestière est très différente que, par exemple, en Europe. Le bois est beaucoup plus grand, donc il y a une demande réelle pour les machines à chenilles » explique Rory Button.

L’équipement a été adapté par l’équipe Volvo CE’s Special Application Solutions, dirigée par le directeur des projets commerciaux Peter Lam. TransDiesel concessionnaire de Volvo CE a été satisfait des pelles construites à cet effet. « Nous sommes juste un petit marché ici, mais Volvo a écouté nos besoins et a envoyé son équipe », explique Mark Keatley, directeur du marketing pour TransDiesel.
L’équipe Volvo a suivi des opérations d’exploitation forestière pour pouvoir développer la machine répondant aux conditions exigeantes de la Nouvelle – Zélande.

Le terrain de l’arrière – pays est boueux et a une abondance de blocs qui présentent un risque pour l’équipement. Pour traverser en toute sécurité les montagnes, les transporteurs forestiers sont équipés d’un châssis haut et large, les machines sont équipées d’un capot moteur plus résistant et de panneaux latéraux, ainsi que de réservoirs à carburants et hydrauliques renforcés.

Pour améliorer la sécurité de l’opérateur, la cabine Volvo a été spécialement conçue pour inclure trois sorties de secours – la lunette arrière, la porte latérale, et la trappe du toit. Un attelage rapide Volvo permet au EC250DL et EC300DL de travailler avec une gamme d’accessoires, tels que des godets ou des grappins. « Ils peuvent récolter, traiter la charge, la récolte de souche, trancher, planter, et construire des routes », explique Keatley.

La pelle est également livrée avec le système télématique CareTrack, qui fournit à l’entreprise des informations sur la situation géographique de la machine, et leur permet de surveiller le comportement de l’opérateur, la consommation de carburant et les heures de l’opérateur. Le système avertit également l’utilisateur et envoie des messages retour à TransDiesel pour l’entretien.

Le marché du bois en Nouvelle-Zélande

Troisième secteur après l’agriculture et le tourisme, la sylviculture est une partie essentielle de l’économie Néo – Zélandaise, estimée à plus de 1,6 milliard de NZ $ par an (1,1 milliard $ US, 987 millions €).

Près de 1,8 millions d’hectares – dont une grande partie est constituée de pin de Monterey ou de pin Nouvelle – Zélande – sont à la disposition des exploitants forestiers. Douglas espèces de cyprès et d’eucalyptus et de sapins divers sont également cultivés pour les marchés intérieurs et d’exportation.


Pour plus d’informations : www.volvoce.com

Abonnez-vous à nos newsletters !